Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 22:46

En 1866, Hugo  publie Les travailleurs de la mer, fort, épique, ce roman est, à l'instar de Notre-Dame de Paris et des Misérables, le récit, d'abord, d'une lutte. "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent", ainsi écrivait-il, ainsi campe t-il ses personnages. Celui des Travailleurs de la mer est Gilliatt. Personnage tout de force contenue et de volonté puissante, il est au centre de cette oeuvre, dédiée au-delà de l'homme à la mer. De l'homme ou de la mer, qui donne sens à l'autre ? Sans doute faut-il chercher la réponse dans le combat que Gilliatt livre aux éléments, pour arracher à l'océan un navire englouti, pour remporter la main d'une jeune fille désirée, qui lui préferera un autre. Le suicide de Gilliatt clos le roman et démontre, non pas l'inanité de la lutte, mais la solitaire grandeur du lutteur. De l'humain :

 

 

"Le soir approchait. Derrière Gilliatt, dans la rade, quelques bateaux de pêche rentraient.  L’œil de Gilliatt, attaché au loin sur le sloop, restait fixe. Cet œil fixe ne ressemblait à rien de ce qu’on peut voir sur la terre. Dans cette prunelle tragique et calme il y avait de l’inexprimable. Ce regard contenait toute la quantité d’apaisement que laisse le rêve non réalisé ; c’était l’acceptation lugubre d’un autre accomplissement. Une fuite d’étoile doit être suivie par des regards pareils. De moment en moment, l’obscurité céleste se faisait sous ce sourcil dont le rayon visuel demeurait fixé à un point de l’espace. En même temps que l’eau infinie autour du rocher gild-holm-’ur, l’immense tranquillité de l’ombre montait dans l’œil profond de Gilliatt. Le cashmere, devenu imperceptible, était maintenant une tache mêlée à la brume. Il fallait pour le distinguer savoir où il était. Peu à peu, cette tache, qui n’était plus une forme, pâlit. Puis elle s’amoindrit. Puis elle se dissipa. à l’instant où le navire s’effaça à l’horizon, la tête disparut sous l’eau. Il n’y eut plus rien que la mer." Victor Hugo.

 

   Victor-Hugo-Benzelikha-Gilliatt.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires