Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 21:06

La troupe de Mouhibine El-Fen qui prendra, en 1936 le nom d’El Chabab- El- feni, tiendra le haut de l’affiche du théâtre constantinois durant les années 30, années qui verront aussi les troupes tunisiennes venir se produire à Constantine.


A partir de 1943 les troupes, toujour amateurs se multiplièrent nous en citons l’Etoile polaire (qui prit la relève d’El Chabab El-feni) El-Hilal, El fedjr, El-Baçair des Scouts musulmans algériens, dont faisait partie Chérif Chouaieb comme auteur et interprète , El-Mazher, avec l’écrivain Reda Houhou , qui y signa quelques pièces et Maamar Benzegoutta.

D’autre troupes naîtront au début des années 50 , telle El-Amel , avec El-Hacène Bencheikh-lefgoun et Abderrahmane Acheuk , laquelle déploiera une activité semi-professionnelle et aura à son actif plusieurs tournées dans l’Est, ou Djidar El-Masrah, avec Chérif Chouaieb et Djelloul Belmadjet .

Le 20aout 1955 marquera l’interruption de l’activité théâtrale de Constantine, les trois coups de l’Histoire ayant retenti, la Révolution entrait en scène.

Jusqu’à cette date, les pièces présentées étaient, pour la plupart, comiques , cultivaient particulièrement la satire sociale, avaient l’arabe dialectal pour langue et les conceptions aristotéliciennes pour structure.

Les textes étaient écrits par des auteurs locaux qui s’inspiraient souvent du terroir, à travers les contes et croyances populaires ainsi que parfois du patrimoine arabo-musulman, des Mille et une nuits par exemple , ou européen, surtout de l’œuvre de Molière.


Quant aux acteurs, tous amateurs, il étaient souvent issus de milieux citadins modestes, ne disposaient que d’une formation théâtrale empirique, mais étaient animés d’une volonté enthousiaste, qui leur aura fait surmonter toutes les difficultés d’un art nouveau et d’une époque aussi éprouvante qu’exaltante .

Ce n’est qu’après 1962 que Constantine renouera avec le théâtre… , mais ceci est une autre histoire.

Partager cet article

Repost0

commentaires