Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 21:04

Comme chez Allalou , Rachid El-Kssentini et Bachtarzi , le comique règne en maître chez les Constantinois . En effet, toutes les pièces jouées à Constantine appartiennent , à ce genre, hormis celles, historiques et circonstancielles , présentées lors des galas organisées par l’Association des Ulémas à l’occasion de fêtes religieuses.


Le comique, évoluant vers le vaudeville dans des comédies sociales moralisantes, dominera le théâtre algérien jusqu’à l’indépendance, il semble correspondre à la fonction qu’assignait la société de l’époque à l’activité théâtrale : celle de divertir, de « faire rire » le plus grand nombre.

Et en quoi cela serait-il répréhensible pour qu’aujourd’hui, on puisse culpabiliser ou pousser à l’opportunisme, nombre de protagonistes de ce théâtre, contraints de souligner à chaque occasion, le fonctionnement connotatif du discours de celui-ci vis-à-vis du colonialisme ?


Qu’on replace donc ce théâtre dans le contexte qui l’a vu naître, soumis à des conditions politiques, sociales et culturelles particulières. Tributaire d’itinéraires personnels et répondant aux goûts du grand public, qui, d’ailleurs, ne se sont pas démentis depuis.

Partager cet article

Repost0

commentaires