Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 19:14

D’Ulysse à Elias l’Odyssée revisitée

Détails

Ne dit-on pas que la vie est un voyage ? Chaque être humain       entreprend son propre périple,         qu’il soit intérieur  ou à travers            le monde qui l’entoure.

Le voyage est également l’un des inspirateurs de grandes œuvres littéraires. Fictions ou  récits véridiques, la littérature du voyage offre aux lecteurs l’occasion de découvrir d’autres contrées et d’autres peuples et parfois se découvrir lui-même. Tel était le thème de la rencontre hebdomadaire des éditions Enag, «Agora du livre», qui a reçu, mardi dernier, l’écrivain Ahmed Benzelikha pour la présentation de son dernier roman, «Elias», édité chez Casbah Editions. L’auteur affirme que son personnage, Elias, est un voyageur comme nous tous qui voyageons dans notre existence, de notre naissance à notre mort. Elias, ajoute-t-il, est inspiré du héros de l’Odyssée, Ulysse. Mon roman, ajoute l’auteur, est basé sur l’idée même du voyage, qui est propre à toutes les cultures. Se référant à l’islam, Benzelikha déclare que l’idée du voyage nous la retrouvons dans l’«Isra wa Al Miraj» du Prophète Mohamed, tel que nous la retrouvons dans la sourate «Al Kahf». Dans ce verset, Benzelikha relève qu’il s’agit également de voyage. Ahl Al Kahf, dit-il, qu’on retrouve dans la littérature occidentale du nom des Sept dormeurs, effectuent un voyage temporel en s’isolant de leur société. Un voyage symbolique et mental. Pour l’Occident, déclare Benzelikha, le voyage d’Ulysse dans l’Odyssée d’Homère reste fondateur. Il représente le voyage initiatique et de résistance de la part de l’être humain. Elias est donc l’Odyssée revisitée pour, d’abord, réconcilier l’Orient et l’Occident, car, dit-il, dans ce livre on retrouve des références à l’Odyssée comme on retrouve des références au Coran. Elias n’est pas un récit fantastique au sens propre du terme, c’est un récit romanesque qui revisite plusieurs stations du patrimoine culturel universel. D’autres similitudes avec l’Odyssée sont révélées par l’auteur, notamment la présence d’un cyclope, mais un cyclope d’esprit. Un personnage qui ne conçoit pas d’autre raisonnement que le sien. «Nous avons tous cet œil unique mais les plus intolérants de nous n’ont que cet œil unique», déclare Benzelikha. On retrouvera également des sirènes, on retrouvera une calypso. «Elias» est également une quête de vérité à travers la recherche d’un masque d’or qui donne la connaissance suprême à qui le portera. Benzelikha déclare qu’«Elias» se lit tel un roman, mais il renvoie à beaucoup de références dans le Coran, la mythologie grecque et la littérature universelle. Ahmed Benzelikha est également l’auteur de plusieurs autres romans tel que «La fontaine de Sidi-Hassen» (édition Casbah). Un récit imaginaire situé à Alger, en 1830, quelques mois avant l’invasion française, dans lequel débarque un peintre espagnol, «Delbrezcque». Ce roman est également un récit d’aventure à travers lequel l’auteur traduit son amour pour la peinture et l’art. Un roman qui s’inscrit dans l’universalité puisqu’il met en scène trois personnages : un chrétien, un musulman et un juif. Benzelikha est aussi auteur du roman «La roqia de Cervantès», d’essais : «Presse algérienne : éditoriaux et démocratie», «L’air du temps», et d’un recueil de poésie : «L’esquif des mots». Natif de Constantine, il est  linguiste, financier et spécialiste en communication, diplômé des universités de Constantine et Montpellier. Il a occupé plusieurs hautes fonctions, tel que président du comité «Mémoires du monde» de l’Unesco. Il est également chroniqueur dans divers journaux tels qu’El-Watan, le Quotidien d’Oran et la revue Afrique-Asie.

L'écrivain Ahmed Benzelikha avec le journaliste Abdelhakim Meziani

Hakim Metref

Partager cet article

Repost0

commentaires