Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 23:00

Benzelikha-Constantine-El-Chatt-copie-1.JPG

 

 

Benzelikha-Constantine-Si-Zoubeir.JPG

 

 

benzelikha-sidi-mcid.JPG

 

 

benzelikha-constantine.JPG

 

 

benzelikha-constantine2.JPG

 

 

benzelikha-constantine-corniche.JPG

 

 

benzelikha-constantine1.JPG

 

 

CONSTANTINE EN SEPT CARTES POSTALES ANCIENNES

 

 

 


Partager cet article

Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 22:30

D'abord j'aime la mer, ensuite j'aime Alger, qui est d'abord pour moi une ville de mer,

 

http://a6.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/291909_2541763429827_1425952494_2880960_2105353891_n.jpg

 

quand je pense à elle, c'est d'abord des cris de mouette qui raisonnent

 
  http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/298655_2541766029892_1425952494_2880965_365739973_n.jpg 

 

jusqu'à ces ilots dont elle perpétue le nom,

 

http://a6.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/318464_2541761709784_1425952494_2880957_1871688756_n.jpg

 

enfin j'aime le ciel et celui d'Alger est immense

 

http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/303748_2541763909839_1425952494_2880961_248632113_n.jpg

 

et semble venir aimer la mer en cette couche d'amants qu'est la baie de celle-ci.


http://a2.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/296128_2541764709859_1425952494_2880962_1933574520_n.jpg  

Marquet a peint nombre de ports et a repris celui d'Alger sur différentes toiles.

Cette approche est intéressante, à découvrir en un seul sujet plusieurs, même(s) et autre(s),

 

http://a5.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/295699_2541762269798_1425952494_2880958_1853842991_n.jpg

 

quand on aime le temps qui passe ou qui tourne, les couleurs changeantes,

les lumières qui se conjuguent aux saisons,

les tons et les humeurs,

 

http://a8.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/306436_2541765349875_1425952494_2880963_202993236_n.jpg

 

bref, à découvrir le mouvement de la vie

 

http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/293487_2541763069818_1425952494_2880959_1640572898_n.jpg

 

et ce port, décliné en suite, en est tout représentatif.

Partager cet article

Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 22:47

 

 

Partager cet article

Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 20:05

J'ai été à Bordj-El-Kiffan. La petite ville est complètement déstructurée, par le(s) chantier(s)d'installation d'un tramway qui facilitera les déplacements. Tout lieu a une sémantique, celle-ci est bien brouillée pour Bordj-El-Kiffan. C'est aussi une sémantique éclatée. Par pans. A voir les anciens édifices, on devine un mode d'organisation, à travers l'imbrication des rues du centre, la végétation, arbres, plantes grimpantes, pots, qui semblent prolonger les maisons sur les trottoirs. La ville coloniale fut, dit-on, fondée par des Mahonnais. Il est vrai qu'on y retrouve, subrepticement, un peu de l'Espagne. A un moment j'ai aperçu, venant du centre-ville, près de la mosquée qui fait angle, la mer. Un trait bleu. Je ne pouvais y résister. Quelques pas encore, en ce matin frais mais beau. Des escaliers et puis, simplement, le bord de l'eau. A gauche le vieux fort ottoman, au-delà Alger, à gauche une succession de criques, toutes envahies par les constructions. Au loin une barque de pêcheur blanche sur les flots écumeux. Les mouettes tournoient en criant. Le matin est froid, beau mais un peu triste, les vagues meurent aux pieds des rochers gris.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 20:51
"Cirta était environnée d'une couronne de villages fortifiés qui protégeaient son territoire contre les incursions des montagnards ; c'étaient les Castella. L'un d'eux, Tiddis a déjà été assez largement fouillé pour donner une idée de la vie dans ces moyennes agglomérat ions. Tiddis occupe une pittoresque position fortifiée à l'entrée des gorges du Khreneg. La ressemblance avec le site de Constantine avait incité la population à lui donner le nom de Ksentina El Kdima (le vieux Constantine.) Une route récente permet de s'y rendre après un parcours de 28 kilomètres à partir de Constantine. Un dernier virage met brusquement le visiteur face à la sauvage montagne, dominée par une masse rocheuse. Les quartiers mis déjà à jour font une tache d'ocre vif au milieu des vertes touffes d'asphodèles. La voie romaine en lacets donne accès aux différentes terrasses qui rassemblaient les édifices, dont certains sont taillés dans le rocher. Les ruines se repèrent sur plus de quarante hectares. On peut les diviser en trois groupes : le premier occupant le plateau, le second, le versant oriental, le troisième le pied de la falaise; Le plateau est divisé en deux parties par un mur qui, partant du point le plus élevé (Ras El Dar) suit une direction Nord-Sud. La partie orientale du plateau a seule été construite. Appuyé contre les roches mêmes du Ras El Dar, un sanctuaire indique que l'acropole avait un rôle religieux autant qu'une destination militaire. Un nombre considérable de citernes assuraient l'alimentation en eau, à défaut de sources. De plus grands réservoirs alimentaient des thermes de montagnes. Partout la falaise a été taillée et une inscription du milieu du IIIè siècle célèbre ce travail. Les principaux édifices exhumés occupent le versant oriental. Une porte imposante couverte d'un arc et jadis munie de vantaux, donne accès à l'intérieur de la ville. Une rue dallée conduit à une première petite place qui desservait le marché. La terrasse supérieure porte un petit forum sur lequel s'ouvrent trois salles qui n'ont entre elles aucune communication, mais qui toutes trois ont leurs entrées tournées vers l'est. La petite cité semble avoir abrité de nombreuses communautés religieuses; On connaît déjà un sanctuaire de Mithra, un temple de Vesta, un sanctuaire des Cereres, tandis que le haut lieu semble avoir été consacré à de vieilles divinités africaines remplacées par Saturne à l'époque romaine. Un important quartier de potiers à été découvert tel qu'il existait au moyen âge; Parmi les centaines d'inscriptions mises au jour, il y a lieu de donner une place de choix à celle qui rappelle la carrière de Q. Lollius Urbicus, né près de Tiddis, qui devint préfet de Rome au IIè siècle. Cet enfant du pays, devenu un des principaux personnages de l'empire est un bel exemple de réussite personnelle et de promotion officielle."

Malek Haddad, in An-nasr, 13 janvier 1966.

 TIDDIS

Quand, face à cette petite colline, couverte de ruines, je me mets à penser à ceux qui ont vécu là, je m'imagine les voir vaquer à leurs occupations et, au soir, durant la belle saison, se délasser, se promener en bavardant, évoquant le passé, comme aujourd'hui eux sont évoqués ... On est si peu de choses.

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 21:32

ronda-11.JPG  

La ville de Ronda, en Andalousie et qui fut un important centre urbain musulman, possède une ressemblance frappante avec Constantine. Qu'on en juge, à travers ces quelques photos :

 

RONDA-3.jpg ronda-8-copie-1.JPG

ronda-1.jpgronda-7-copie-1.jpg

ronda-9.jpg

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 21:06

JIJEL

Ain Mchaki,

la fontaine miraculeuse

 

 

Abou Obeid El Bekri, géographe et grand voyageur andalou du onzième siècle, écrit dans la partie consacrée à l’Afrique du Nord de son ouvrage intitulé « El Massalek Oua El Mamelek » : « Le port de Sebiba (El Mansouriya), qui vient après celui de Bejaia, est dominé par les montagnes des Ketama ; Ain El Aoucat, située au milieu de ces montagnes, est bien connue, quand chaque heure de la prière arrive, les eaux commencent à couler, et quand la prière est terminée elles s’arrêtent tout à fait »1.


Aujourd'hui les montagnes des Ketama surplombent désormais la dynamique wilaya de Jijel, où le port de Djendjen, l'aéroport Ferhat Abbas et les nouvelles infrastructures routières et ferroviaires sont garants d’un essor économique promotteur, mais où, aussi, la nature conserve tout son attrait touristique, Mer et montagne offrent aux visiteurs une palette de sites féeriques.


                Mais ces visiteurs oublieront souvent que la région possède un passé et ne s’intéresseront que peu aux us et coutumes et ses habitants, dont il ne retiendront que la pruderie à l’occasion des remarques qu’on leur fera sur le « négligé » d’une tenue vestimentaire.


                Ce passé n’est pas seulement cette suite d’événements consignée dans les livres d’histoire, mais aussi une vie quotidienne rythmée par les croyances religieuses et les pratiques populaires qui en revêtent l’apparence. Parmi ces pratiques, celles s’appuyant sur la nature « miraculeuse » d’une fontaine appelée Ain Mchaki, subsistent jusqu’à aujourd’hui.


                 Ain Mchaki porte son nom suite aux innombrables visites qu’elle a reçues de la part de gens se plaignant des multiples maux que la vie souvent réserve. Ces gens sollicitaient en cette endroit « béni » la miséricorde du Seigneur.


                  De même que cette fontaine aurait aussi servi à départager les plaignants, à exprimer le jugement du Ciel en "prouvant" ou l'innocence ou la culpabilité d’un accusé, enfin à montrer l’assentiment divin quant à une quelconque œuvre.


                  En fait la réputation de la fontaine est rattachée à l’intermittence particulière de l’écoulement de ses eaux.


                  Selon la tradition orale, la fontaine aurait d’abord commencé à faire coïncider l’écoulement de ses eaux avec les heures de prière. La majorité des pratiques, citées plus haut, doivent dater de cette période. Mais qu’en est-il aujourd’hui ?


                  Aux heures de prière, affirment des natifs de la région, les eaux couleraient toujours (avec un écart plus ou moins important mais ne sauront excéder les 30 minutes), il reste que l’écoulement lui-même devient assez rare.


                 Toujours selon ces natifs, au moment du jaillissement des eaux, un impressionnant grondement, comparable à celui qui accompagne un tremblement de terre, sa fait entendre au point qu’on croirait que la montagne qui se dresse au au dessus de la fontaine va s’écouler, l’eau déferle alors en « coup de bélier » d’une énorme cavité rocheuse pour bientôt donner naissance à une cascade.


                 L’endroit, où arbres, fleurs et verdure (durant la belle saison) participent de l’enchantement, devient alors paradisiaque et une immense paix intérieure envahirait les personnes présentes.


                   La source ne reçoit plus actuellement que peu de visiteurs, car hormis les habitants de la région - et quelques rats de bibliothèque - rares sont ceux qui connaissent encore son existence.


                       La légende d'Ain El Aouacat devenue Ain Mchaki, déroulant sa trame sur dix siècles, est si belle et si attachante, qu’une explication  d'ordre "hydraulique"rattachant le phénomène à la fonte des neiges faisant déborder, à certains moments, les nappes alimentant la fontaine ne saurait, peut-être, que nous "décevoir".

 

A.B


1: Abou Obeid El Bekri. Description de l’Afrique septentrionale. Édition bilingue. Traduction de Mac Guckin de Slane. Ed. Adrien – Maisonneuve. Paris. 1965. P.163.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 00:26

Voilà, c'est ma ville, Constantine, la maison où on est né et dont on sent toute sa vie que c'est sa véritable maison, même si on habite ailleurs. Chemin des Gorges NBCe chemin, qu'on voit au second plan, dont une partie est formée par le pont enjambant les chutes, je l'ai emprunté à pied d'innombrables fois.

Chemin des Gorges4

Que de beaux souvenirs, alors, quand au petit matin nous descendions nager.

Chemin des Gorges6

     

Chemin des Gorges2

 C'est le Chemin des Gorges, qui mène aux Piscines de Sidi-M'cid,

CNE

 

 

 il fut inauguré en 1929.  Ce chemin, outre son pittoresque, Chemin des Gorges5

a la particularité d'offrir un panorama "inversé" de l'abime, Chemin des Gorges3

de "bas en haut", mais tout aussi impressionnant.Chemin des Gorges

Partager cet article

Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 21:18

Constantine est reconnue, de par le monde, comme un des hauts lieux du tourisme, en termes de sites et de dépaysement. Cet aspect est aujourd’hui perdu de vue, faute d’infrastructures, mais aussi du fait de l’inconséquence des hommes.

Constantine était pourtant appréciée, tant par les gens de passage que par ses habitants. C’était un lieu de villégiature, où tant de choses, tant chez les hommes que dans la nature faisaient qu’on s’y attachait.


Gens de savoir, artistes, musiciens et poètes, habiles artisans, honorables négociants, figures épicuriennes, hautes en couleurs, courageuses et généreuses personnalités, fiers serviteurs de Dieu et grands amoureux de la vie, faisaient de cette ville, alors à l’échelle de ses habitants, un endroit privilégié.


Privilégiée, Constantine l’était aussi, par son site grandiose, où roche, eau et verdure se marient en une rare harmonie, pour faire de la ville et de ses environs, un lieu enchanteur, dont la félicité fut maintes fois chantée, en musique « Ksemtini ». Cette belle musique, dont le raffinement, même en allegro, ne s’est jamais démenti, démontrant la virile douceur des mœurs constantinoises. Musique dont les fluides sonorités, ne manquent jamais d’évoquer, outre le rossignol, le murmure des eaux. Constantine tirait sa vitalité de ses hommes et de son eau.


Car, on ne le souligne pas assez, l’eau était partout, dans les fontaines publiques de la ville et en d’innombrables endroits connus pour leur beauté.


On citera les bassins « Rémès », au fond des gorges, où par la grâce d’une source généreuse, l’eau coulait à flots, pour le plus grand bonheur des ébats des petits et des bains ou baignades des plus âgés. On pouvait accéder à ces lieux de joie et de détente, grâce au fameux Chemin des touristes, miraculeuse corniche pédestre, qui serpentait à flanc des parois vertigineuses du ravin, offrant au visiteur des sensations uniques au monde.


On citera aussi Sidi M’cid, rare rendez-vous de l’exubérance de la nature, de la dextérité des hommes et de l’émotion d’un dévotion au-delà des croyances des uns et des autres, animistes, juives et musulmanes.


Sidi M'cid! Site féerique s’il en est, appréciable en toutes saisons, grâce à la source d’eau chaude, dont on ne sait aujourd’hui si elle s’est tarit ou a vu son cours souterrain détourné, à moins, comme me le confiait sérieusement un vieux d’El Ghaba (nom donné aux environs du site), qu’elle ne soit "fâchée" contre nous.CNE.jpg Cette source alimentait trois piscines, la « P’tite », avec sa pittoresque cascade et son rocher creux, le « Primo » avec sa forme irrégulière et ses abords ombragés dallés de brique, où il faisait bon s’allonger, à même le sol, en été et l’« Olympique » vaste bassin de compétition, avec ses plots, son plongeoir et …ses anneaux olympiques stylisés.


Les piscines et la table réputée du bel établissement que fut le Palmarium (à l’instar de celle du Cirta, du Transat et de l’Aéroport), dont les terrasses donnant directement sur les bassins, furent longtemps, avec le Casino municipal (qui aura vu la prédiction de son rasage, connue à Constantine, effectivement se réaliser), synonymes de joie de vivre constantinoise, une joie de vivre naturelle, une propension à la joie et au divertissement.


Citons aussi la grande voûte souterraine, sous le pont d’El Kantara, lorsque le fleuve disparaît au regard, merveilleuse grotte, où le Rhummel forme un véritable lac sous le roc, où stalagmites et stalactites forment d’étranges silhouettes de piliers gothiques, où fontaines et cascades finissent par charmer, après les yeux, l’oreille.


L’oreille qui entendra plus bas, en aval, le bruit des chutes de Sidi M’cid, que surplombe un pont en pierre taillée, d’où on peut deviner, au loin, le mausolée du légendaire Sidi M’hamed el Ghorab (qui mis dans un sac et jeté dans l'Abime depuis le sinistre Kef chkara s'est transformé en corbeau) et ses gueltas, lieux de cérémonies maraboutiques, où l’eau et les tortues, sont au centre de spectaculaires rites féminins propres à la région.


Que d’eau, aussi, sur les hauteurs, à Djebel el Ouahch, où des travaux d’aménagement et de drainage au début du siècle dernier, ont permis l’apparition de charmants lacs artificiels, au milieu de bois où il a fait bon se promener pour des générations de Constantinois.


Comme il fera toujours bon se promener le soir, sur le Boulevard de l’Abîme, cherchant la mer, au delà du mont Chettaba et découvrant, finalement, les plus beaux couchers de soleil, ici, à Constantine.

Partager cet article

Repost0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 19:49

soir.jpg

Partager cet article

Repost0